Parution de l’ouvrage « Les transports de la démocratie. Approche historique des enjeux politiques de la mobilité » PUR

Les transports de la démocratie.

Approche historique des enjeux politiques de la mobilité

 

Co-direction de l’ouvrage : Mathieu Flonneau, Léonard Laborie, Arnaud Passalacqua

Statut : soumis à comité de lecture

 

Préface, Hans-Liudger Dienel, Mobility and democracy versus mobility and modernity. A foreword

Introduction, Mathieu Flonneau, Léonard Laborie, Arnaud Passalacqua

  1. La mobilité en démocratie : du concept aux pratiques de gouvernement

Introduction, Harold Mazoyer

Vincent Denis, Comment la Révolution française a inventé la mobilité

Sébastien Gardon, Gouverner par commissions, La mobilité encadrée dans des espaces politico-administratifs (1910-1970)

Arnaud Passalacqua et Maxime Huré, JCDecaux en sa “ville-fétiche”. Mobilité et affichage à Lyon, de l’innovation à la dépendance (1965-2005)

Xavier Desjardins, Mobilité, démocratie et échelles de l’action publique locale

  1. La popularisation de la mobilité et le projet démocratique

Introduction, Léonard Laborie

Carlos López Galviz, Suivre les lignes, briser les cercles : le chemin de fer urbain et l’idéal socialiste à Londres et Paris au tournant du XXe siècle

Jan Oliva, L’aviation et ses symboles au service de la démocratie tchécoslovaque

Etienne Faugier, Prendre le volant, prendre le pouvoir ? La longue route du peuple vers l’égalité de la mobilité : l’exemple du département du Rhône (1890-1960)

  1. Mobilités, mobilisations et contre-mobilisations : l’ordre politique en questions

Introduction, Stève Bernardin

Massimo Moraglio, Cars as Civilization Threat. A look at 1960s Counterculture, Policy Makers and Movie Directors

Timothée Duverger, La contre-démocratie technique dans les années 1970. Déconstruire la critique écologiste de l’automobilisme

Frédéric Héran, Automobile versus bicyclette. Illich et la vitesse généralisée

Yves Crozet, Mobilité et vitesses des déplacements : vers une remise en cause de la tendance séculaire aux gains de temps ?

Postface, Cotten Seiler, Mobilité et démocratie: une rupture Fiche renseignement EHESS068

About the Author
Maxime Huré est Maître de Conférences en science politique à l’université de Perpignan Via Domitia, chercheur au CDED et chercheur associé au laboratoire Triangle (UMR 5206). Spécialiste des politiques de mobilité durable (bicyclette, déplacement piéton, nouvelles mobilités), et des relations entre institutions et grandes entreprises de services urbains, il anime des formations sur l’innovation dans les politiques de transport au sein de plusieurs entreprises, écoles d’ingénieurs et universités. Ses compétences portent plus généralement sur les politiques de mobilité, les politiques énergétiques, la sociologie de l’action publique, les grands groupes privés et les méthodes qualitatives. Il a également ouvert un chantier de recherche sur la gouvernance des projets de tours et sur les acteurs de l’immobilier. Il travaille actuellement sur la diffusion des systèmes de vélos en libre service, les dispositifs d’autopartage, les systèmes ferroviaires en France et aux Etats-Unis et les mobilités périurbaines. En 2015, il a reçu le prix jeune chercheur de la ville de Lyon. En 2016, il a été boursier de la fondation Palladio pour l’immobilier.

Leave a Reply

*