Maxime Huré

Maître de Conférences en science politique à l’université de Perpignan, membre du CDED et chercheur associé au laboratoire Triangle (UMR 5206), je mène des recherches sur les politiques de mobilité en lien avec la transition écologique. Je m’intéresse également aux services urbains et aux relations entre les institutions publiques et les entreprises de service.

Dernière publication : Les mobilités partagées. Régulation politique et capitalisme urbain, éditions de la Sorbonne, 2019.  

Au sein de l’association VIGS, j’ai récemment participé à de nombreuses formations pour les professionnels de l’action publique. Mes derniers projets de recherche concernent la Gratuité des transports comme levier du changement dans les organisations publiques et privés (recherche Ademe), les effets sociaux-économiques de la gratuité des transports à Dunkerque (Agence d’urbanisme de Dunkerque, CUD), une réflexion sur vingt ans d’action publique en France, 1995-2015 (PUCA). En tant que président de VIGS, je m’occupe de co-animer un collectif de chercheurs et de professionnels, de structurer les partenariats et de valoriser la recherche urbaine auprès des acteurs socio-économiques. 

Sylvanie Godillon

Géographe-urbaniste et chercheuse associée au laboratoire Géographie- cités (UMR 8504), je mène des recherches sur les enjeux de mobilités en lien avec les politiques urbaines. Plus précisément, je m’intéresse aux pratiques et aux perceptions des usagers des différents modes de transport (individuels, partagés, en libre-service), ainsi qu’aux politiques publiques de mobilité en lien avec la transition écologique et la santé environnementale.

Je travaille au sein de l’Agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise, tout en encadrant des étudiants de l’ENTPE et de l’Université Lyon 3. Je mets à profit ces différentes compétences pour l’association VIGS en tant que participante active du Conseil d’Administration.

Julie Calnibalosky

Géographe-urbaniste récemment diplômée du Master d’Urbanisme et Aménagement de l’Université Panthéon-Sorbonne, je m’intéresse plus particulièrement à l’évaluation des politiques publiques de mobilité, ce qui m’a amené dans une première expérience à analyser la stratégie métropolitaine rouennaise des Plans de Déplacements Employeurs et à formuler des pistes d’améliorations réalistes et durables pour lever les contraintes de mobilité dans les territoires périurbains normands. Dans le cadre de mon mémoire de fin d’études, j’ai ensuite exploré les déterminants socio-économiques qui conduisent à une différenciation des pratiques cyclistes entre Paris et sa Petite couronne, au-delà des aménagements physiques mis en place dans le cadre de politiques cyclables variées.

Depuis novembre 2020, je participe aux projets de VIGS en menant depuis Dunkerque une évaluation des effets de la gratuité des transports sur la mobilité des jeunes entre 15 et 25 ans sur ce territoire. En parallèle, j’anime avec Maxime Huré le comité scientifique de l’Observatoire des villes du transport gratuit et le réseau des collectivités partenaires.

Julie Vaslin

Je suis sociologue de l’action publique, spécialiste de l’analyse des gouvernements urbains. Dans ma thèse de science politique, j’ai étudié les politiques du graffiti à Paris, au prisme de la construction des problèmes publics et de la mise en administration dont il fait l’objet, à la croisée entre propreté urbaine et politiques culturelles. Dans le prolongement de ces travaux, j’ai conduit une enquête à Dunkerque sur la transformation des politiques de mobilité sous l’effet du passage à la gratuité des transports en commun. Graffiti, propreté, culture et mobilité : des objets différents, mais tous étudiés sous l’angle des reconfigurations politiques et administratives qui se jouent autour de leur gouvernement, à l’échelle municipale et intercommunale.

Mes recherches avec VIGS ont commencé en 2015, lorsque j’ai rejoint l’équipe de recherche chargée de rédiger l’étude « Culture et dynamiques territoriales ». Dans ce cadre, j’ai conduit une comparaison des politiques culturelles dans deux petites villes industrielles, Annonay et Thiers, ainsi qu’une analyse des dynamiques culturelles autour des festivals de cinéma en milieu rural. En 2020, VIGS est lauréat de l’appel à recherche « Transitions économiques, écologiques et sociales » de l’ADEME et me propose un contrat postdoctoral d’un an durant lequel j’ai étudié la transformation des métiers des acteurs publics et privés qui, à Dunkerque, ont mis en place la gratuité des transports. Fraîchement terminée, cette enquête conduite avec Maxime Huré nourrit mes prochaines publications. Je suis par ailleurs membre du comité scientifique de l’Observatoire des villes du transport gratuit.

Etienne Faugier

Maître de conférences en tourisme à l’Université Lumière Lyon II. Titulaire d’un doctorat en histoire, je suis rattaché au Laboratoire d’Études Rurales (EA 3728). Mes recherches portent sur l’histoire des mobilités et du tourisme en France et au Canada à l’époque contemporaine. Je m’intéresse particulièrement aux mobilités motorisées dans les espaces périphériques (espaces ruraux) et aux politiques publiques autour de l’aménagement des quartiers de gare.

Je suis actuellement président de l’association Passé-Présent-Mobilité (P²M) qui promeut les recherches dédiées aux transports et à la mobilité. Je suis également membre du comité scientifique de l’antenne Rail et Histoire sud-est valorisant les études ferroviaires dans la région sud-est.

Au sein de l’association VIGS, je participe depuis 2021 au Conseil d’Administration pour dynamiser les liens avec d’autres associations telles l’association Passé-Présent-Mobilité (P²M) et l’association Transport, Traffic and Mobility (T²M). J’assiste dans la valorisation de VIGS auprès d’acteurs potentiellement intéressés à travailler avec nous (recherche de partenariats).

Marie-Clotilde Meillerand

Docteure en histoire contemporaine, chercheur au sein du Laboratoire LAET à l’université de Lyon, et chercheur associée au laboratoire Triangle (UMR 5206), je mène des recherches sur les questions de vulnérabilité et de précarité, notamment autour des enjeux énergétiques et de transition écologique. Je m’intéresse notamment aux jeux d’acteurs et aux politiques publiques qui se déploient en comparant les territoires métropolitains, ses marges périurbaines et les territoires ruraux.

Au sein de l’association VIGS, je suis investie dans le volet formation de notre structure, dans le cadre d’un partenariat auprès du CNFPT sur les enjeux de dialogue territorial autour des enjeux de mobilité et développement urbain. Je fais également partie des encadrants de la Public Factory de Sciences Po Lyon sur des projets pédagogiques de recherches-actions auprès de commanditaires divers (Bailleurs sociaux, AMRF, SGAR, Métropole de Lyon…).

J’ai également co-piloté le séminaire auprès du PUCA sur la thématique « Retour sur 20 ans d’action publique dans les villes françaises 1995-2015 ». Enfin, je porte les thématiques de précarité et vulnérabilité sociale et énergétique en lien avec le développement urbain et la transition écologique,  dans le cadre d’un partenariat avec l’ADEME (Résiliterre, 2020-2021).